Avoir de la bière!

De plus en plus de preuves émergent qu'à l'époque préhistorique, la race humaine s'est rafraîchie aussi industrieusement qu'elle le fait aujourd'hui.

Pour la campagneMais une bière de 400 av.

De nouveaux travaux routiers entre Cambridge et Huntingdon au Royaume-Uni ont mis en évidence la plus ancienne bière de Grande-Bretagne. Datant d'environ 400 avant JC, cette bière de l'âge du fer a suscité des spéculations parmi les archéologues du seul pays au monde à valoriser la bière chaude. Était-ce un moyen de garantir une source d'hydratation propre ? Ou était-il utilisé cérémonieusement ? Le premier n'est pas convaincant, car la région a beaucoup d'eau douce. Et ce dernier procède du besoin ridicule de l'humain moderne et séculier de poser le rituel comme explication de toute activité humaine primordiale. Une application incisive du rasoir d'Occam suggérerait que les gens de l'âge du fer dans le Cambridgeshire buvaient de la bière parce que cela les faisait se sentir bien. Une justification religieuse est inutile.

Mais une bière de 400 av. Attribuée à un groupe semi-nomade de la culture natoufienne, elle a bouleversé la pensée traditionnelle sur le passé lointain. Les archéologues utilitaires ont toujours supposé que les céréales étaient d'abord sélectionnées pour faire du pain et que l'alcool était un sous-produit. Les Natoufiens ont découvert des preuves antérieures de l'utilisation courante du pain, ce qui a amené beaucoup à se demander si la révolution agricole, fondement de la civilisation humaine moderne, était motivée par la soif plutôt que par la faim. En effet, les chasseurs-cueilleurs transformeraient-ils les paysans et troqueraient-ils leur liberté personnelle contre un travail agricole éreintant s'ils n'étaient pas assurés d'une pinte le soir pour noyer leur chagrin ?



Cependant, la bière ancienne n'était pas exactement de qualité artisanale. Le breuvage natoufien, par exemple, ressemblait plus à du porridge que du Stella ou de la Guinness. Un simple aliment, plutôt qu'une boisson qui rafraîchit des parties que d'autres ne parviennent pas à atteindre. Et maintenant, nous apprenons que le brassin de Cambridge était fabriqué sans houblon, qui n'a été utilisé qu'au XVe siècle. C'est une nouvelle décourageante.